Faire la part des choses entre stress, anxiété et angoisse

Faire la part des choses entre stress, anxiété et angoisse

Vous êtes nerveux en permanence ? Tout le temps dans la crainte d’un danger indéfini, si bien que ça vous arrive d’avoir des difficultés à respirer ? Alors vous êtes proie à l’une (ou plusieurs) des 3 « expressions de l’appréhension du vide », à savoir le stress, l’anxiété et l’angoisse.

On confond souvent entre ces 3 manifestations psychologiques. En effet, malgré qu’elles aient en commun la peur d’un danger non-représenté et de se sentir totalement impuissant face à des éventements sans cause bien définie, il existe des nuances et des degrés entre elles qu’il est important de connaître.

Stress, anxiété et angoisse : quelle en est l’origine ?

Ces trois manifestations psychologiques, elles sont présentes en nous à l’état latent. C’est-à-dire qu’elle ne se manifeste qu’à l’occasion d’un évènement particulier. Ce dernier peut prendre n’importe quelle forme : maladie (soi même ou un proche, la pandémie au Covid-19 que nous traversons actuellement en est le parfait exemple), chômage, divorce, examen, conflit familial… Cet événement est alors considéré comme un facteur déclencheur, il réveille chez le sujet un sentiment d’insécurité et de désarroi, c’est donc le point de départ de l’une des 3 manifestations psychologiques.

Stress, anxiété et angoisse : comment les reconnaître ?

Le stress : il est fréquemment qualifié de « maladie du siècle », tant nous vivons quotidiennement en sa compagnie à divers degrés et d’une faon plus ou moins acceptée. Il faut savoir que le stress est moins sévère que l’anxiété et l’angoisse. Il est caractérisé par la nervosité et un sentiment permanent de tension. Cette affection est un facteur déclenchant ou aggravant de plusieurs pathologies, notamment certaines douleurs (dorsales, cervicales,… toutes les parties du corps peuvent être concernées), les maladies cardiovasculaires, les maladies digestives…

L’anxiété : un état anxieux, ou une nature anxieuse, se caractérise par un sentiment, permanent et inexplicable, d’insécurité. Le sujet a tout le temps l’impression d’être la cible d’un danger imminent.

L’angoisse : elle prend son origine d’un passé traumatisant, c’est un sentiment soudain de profond désarroi. Cette manifestation psychologique prend la forme de « crises d’angoisse ». Un sujet ayant ce  « vécu douloureux » peut donner l’impression d’être en totale maîtrise d’elle-même, notamment grâce à de multiples et divers mécanismes de défense, mais développer soudainement une crise d’angoisse. Et pendant cette crise, il est difficile voire inutile de raisonner cette personne, car elle est en quelques sorts dans un état second.

Comment se manifeste un crise d’angoisse ?

Une crise d’angoisse peut se manifester par différentes formes :

  • La respiration devient difficile et on a le sentiment de manquer d’air ;
  • Sensation de boule dans la gorge ou dans le ventre ;
  • Des symptômes digestifs tels que les nausées et la perte de l’appétit ;
  • La sensation de dégoût extrême ;
  • La peur d’un avenir incertain.

Il faut également savoir que l’angoisse elle même est source d’angoisse et d’anxiété : l’angoisse de se sentir malade, de suivre un long traitement… C’est donc un cercle vicieux !

Que faire face à une crise d’angoisse ?

Lorsqu’on traverse une crise d’angoisse, il ne faut pas essayer de rationaliser ou de trouver une quelconque logique à la situation, c’est souvent inutile voire déconseillé. Le mieux à faire c’est de lâcher prise et ne surtout pas lutter ! Par exemple, se mettre dans un endroit calme, s’allonger confortablement (en position fœtale par exemple, elle donne un sentiment de sécurité), fermer les yeux et se concentrer sur sa respiration, même si celle-ci est superficielle. À chaque respiration, l’angoisse diminue, jusqu’à complètement disparaître.

En effet, une crise d’angoisse ne dure pas indéfiniment. C’est pour cela qu’il suffit de la traverser le plus sereinement possible en évitant de résister.

Quelques astuces pour gérer ces manifestations psychologiques ?

Il n’existe pas de méthode miracle pour supprimer le stress, l’anxiété ou l’angoisse. Par contre, certaines activités sont très intéressantes pour gérer efficacement ces manifestations psychologiques, réduire leur intensité et leur impact sur la qualité de vie.

Voici quelques exemples de ces activités :

  1. L’écriture : écrire sur ses peurs et ses angoisses (dans un journal, un blog…) aide énormément à les démystifier et donc à les contrôler.
  2. Le dessin : c’est une activité très apaisante, elle monopolise la concentration et offre un agréable moment d’évasion. Toutes les activités de création, telles que l’écriture, le dessin, la sculpture, la poterie, etc, sont des excellentes réponses au stress.
  3. Le jeu : il n’y a rien de mieux que les jeux (surtout les jeux de groupe) pour s’éloigner de tout stress et anxiété, surtout en cette période de pandémie.
  4. L’appréciation du silence : au lieu d’essayer de meubler une conversation pour éviter le silence, il serait préférable d’apprécier ce dernier. Il serait également intéressant de profiter du silence pour écouter de la bonne musique, ou simplement le chant des oiseaux, sans aucun bruit parasite qui gâcherait tout.
  5. Le contact avec la nature : rien de mieux pour s’apaiser que de regarder un ciel bleu la journée ou étoilé le soir, d’écouter le frémissement des feuilles des arbres sous le vent, d’admirer un lever ou un couché de soleil, bref, contempler la beauté de la nature !
  6. Les senteurs agréables : il faut savoir que notre odorat était déjà opérationnel avant notre naissance, et depuis, il n’a pas cessé de fonctionner ! Nous avons donc tous une liste d’odeurs que nous aimons, cela peut être le jasmin, la fleur d’oranger ou encore le cuire et l’herbe fraîchement coupée. Ces odeurs sont parfois les supports mnésiques de certains éventements agréables (surtout les souvenirs d’enfance), et le fait de les sentir fait ressurgir ces événements et nous procure des émotions positives. Il ne faut donc pas hésiter à garder ces stimulations olfactives avec soi (sous forme d’huiles essentielles, de parfums…) afin de pouvoir apprécier leurs senteurs de temps à autre. 

Quelle est la place des médicaments dans tout ça ?

Les Français sont de très grands consommateurs d’antidépresseurs et d’anxiolytiques. On estime qu’environ 13% de nos concitoyens y ont recours annuellement !

Il faut savoir que, parfois, ces médicaments ne donnent pas d’effet notable, tout en ayant des effets secondaires désagréables. C’est pour cela qu’il serait intéressant de se tourner vers les médicaments qui renforcent l’organisme tels que les vitamines (C, D, PP…) et les plantes apaisantes telles que la camomille, la verveine, le tilleul, la valériane…Vous pouvez consulter un naturopathe qui pourra vous conseiller pour des traitements plus naturels. 

Laisser un commentaire