Traitement psychothérapeutique de la misophonie

Traitement psychothérapeutique de la misophonie

La misophonie est un trouble neurologique difficile à diagnostiquer et à traiter. Il est pourtant possible d’atténuer la douleur et de s’habituer aux sons qui dérangent. Voici différentes solutions psychothérapeutiques pouvant aider les patients à mieux vivre avec la haine du son ou s’en débarrasser progressivement.

Les thérapies d’habituation

Les thérapies d’habituation aux sons qui déclenchent la crise de misophonie, se déclinent en différents types. Les CCT ou thérapies cognitives et comportementales, et la TRT ou Tinnitus Retraining Therapy en font partie. Ces deux thérapies ont pour but de mieux gérer mentalement les patients. Ces derniers vont s’habituer progressivement aux bruits qu’ils ne supportent pas. Ils pourront aussi modérer leurs réactions et, enfin, percevoir les sons déclencheurs comme des sons normaux. La CCT et la TRT se complètent parfaitement avec l’attitude de certains patients. Elles consistent en l’adoption de stratégies de camouflage qui permettent de mieux vivre avec la misophonie. Pour ce faire, ces patients portent des bouchons d’oreilles ou écoutent de la musique avec un écouteur. Ils sont faciles à accompagner grâce à leur disposition à affronter la réalité de leur vie.

Associer les sons détestés avec les sons supportés

Certaines personnes souffrant de la misophonie choisissent de s’isoler pour éviter d’entendre les sons déclencheurs. Elles deviennent alors de plus en plus solitaires. Un accompagnement particulier est donc nécessaire. Les thérapeutes leur font par exemple écouter les sons qu’elles supportent avec les bruits qu’elles détestent. La réalisation d’un diagnostic est donc indispensable avant toute procédure de traitement pour distinguer les sons supportés de ceux qui ne sont pas. L’objectif de cette technique d’accompagnement est de changer l’association négative avec les sons déclencheurs. Cela prend du temps et doit engager personnellement le malade. La patience est donc de mise pour aboutir à des résultats positifs.

S’adonner aux séances de Counseling et de Neurofeedback

Le Counseling est un autre type de traitement psychothérapeutique qui présente divers avantages. Il consiste à inviter le misophone à parler ouvertement de ce qu’il ressent devant les membres de sa famille. C’est une occasion pour le médecin de collecter des informations précises sur le niveau de gravité du trouble, pour pouvoir ensuite proposer une solution adéquate. Le malade, se sentant compris et écouté, aura enfin plus de courage à affronter la situation. Il sera alors plus facile à accompagner.

Avec la méthode Neurofeedback, l’activité des ondes cérébrales sera étudiée. Il faut savoir que la dysfonction de ces ondes peut favoriser la perception avec intensité accrue des sons entendus, d’où la misophonie. Pour remédier à ce trouble neurologique, il faudra alors remettre l’activité cérébrale au niveau normal.

Associer différentes techniques pour booster les résultats positifs

Certains spécialistes en audiologie proposent d’appliquer en parallèle des techniques d’accompagnement comme la cohérence cardiaque, l’analyse transactionnelle et l’hypnose. Elles permettent de booster le changement de l’association négative avec les sons déclencheurs. La méditation de pleine conscience ou mindfulness et la sophrologie peuvent aussi aider le patient à mieux tolérer les bruits détestés. Elles favorisent même l’association positive avec ces derniers. Vous pouvez aussi dénicher d’autres astuces sur https://benfeel.com/fr/astuces-conseils-misophone/.

Laisser un commentaire